Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour et bienvenue à tous sur le blog consacré au livre d'Ellen White (1827-1915), "La Tragédie des Siècles" (1911). Cet ouvrage éclaire de façon étonnante le passé, le présent et l’avenir, tout en exposant le plan de Dieu pour l’humanité.
Source de réconfort et d’inspiration il deviendra l’un des livres les plus importants que vous ayez jamais lus.

Rechercher

23 septembre 2005 5 23 /09 /septembre /2005 00:00

LUTHER À LA DIÈTE DE WORMS

En Allemagne, un nouvel empereur, Charles Quint, monta sur le trône. Les émissaires de Rome s'empressèrent de venir le féliciter et l'engagèrent à user de sa puissance contre la Réforme. Le clergé ne demandait rien de moins qu'un édit impérial ordonnant la mort du réformateur. D'autre part, l'électeur de Saxe, à qui l'empereur devait en grande partie sa couronne, suppliait ce dernier de ne rien faire contre Luther avant de l'avoir entendu. « Ni sa Majesté impériale ni personne n'ayant encore prouvé que les écrits de Luther eussent été réfutés », il demandait pour le docteur de Wittenberg un sauf-conduit lui permettant de comparaître devant un tribunal de juges savants, pieux et impartiaux.

Sur ces entrefaites, l'attention de tous les partis se dirigea vers l'assemblée des États germaniques réunis à Worms peu après l'accession au trône de Charles Quint. Les dignitaires de l'Église et de l'État étaient accourus de toutes parts. Des seigneurs séculiers de haute naissance, puissants et jaloux de leurs droits héréditaires; des ecclésiastiques princiers, conscients de la supériorité de leur rang et de leur autorité; de brillants chevaliers accompagnés de leur suite, ainsi que des ambassadeurs de pays étrangers et lointains s'étaient réunis dans cette ville. Pour la première fois, les princes allemands allaient se rencontrer avec leur jeune monarque en assemblée délibérante. Des questions politiques et des intérêts importants devaient être pris en considération par cette diète. Néanmoins, le sujet qui retenait le plus l'attention de cette vaste assemblée, c'était la cause du réformateur saxon.

Charles Quint avait préalablement chargé l'électeur de Saxe d'amener avec lui Luther, auquel il promettait sa protection et une entière liberté de discussion, avec des personnages compétents, sur la question en litige. Luther désirait vivement comparaître devant l'empereur. Sa santé était alors fort précaire mais il écrivait à l'électeur : « Si je ne puis aller à Worms en santé, je m'y ferai transporter malade. Car si l'empereur le désire, je ne puis douter que ce ne soit l'appel de Dieu lui-même. S'ils veulent employer contre moi la violence, comme cela est vraisemblable (car ce n'est pas pour s'instruire qu'ils me font comparaître), je remets la chose entre les mains du Seigneur. Celui qui protégea les trois jeunes hommes dans la fournaise vit et règne encore. S'il ne veut pas me sauver, c'est peu de chose que ma vie. Empêchons seulement que l'Évangile ne soit exposé aux railleries des impies, et répandons pour lui notre sang. Ce n'est pas à moi de décider si ce sera ma vie ou ma mort qui contribuera le plus au salut de tous.... Attendez tout de moi... sauf la fuite et la rétractation. Fuir, je ne puis, me rétracter moins encore. »

La nouvelle que Luther allait comparaître devant la diète provoqua à Worms une grande agitation. Aléandre, le légat papal spécialement chargé de cette affaire, prévoyant que les conséquences de cette comparution seraient désastreuses pour la papauté, en fut alarmé et irrité. Instruire une cause sur laquelle le pape avait déjà passé condamnation, c'était jeter le mépris sur l'autorité du souverain pontife. Il redoutait en outre que les arguments puissants et éloquents de Luther ne détournassent plusieurs princes des intérêts du pape. Il suppliait donc instamment l'empereur de ne pas le faire comparaître. La bulle d'excommunication contre Luther ayant paru vers ce temps-là, l'empereur résolut de déférer aux supplications du légat. Il écrivit à l'électeur que si Luther ne voulait pas se rétracter, il devait rester à Wittenberg.

Non content de cette victoire, Aléandre manoeuvra de toutes ses forces pour assurer la condamnation de Luther. Devant les prélats, les princes et les autres membres de l'assemblée, avec une insistance digne d'une meilleure cause, il accusa Luther de « sédition, d'impiété et de blasphème ». Mais la véhémence et la passion que le légat manifestait révélaient trop clairement l'esprit dont il était animé. « C'est la haine, c'est l'amour de la vengeance qui l'inspire, disait-on, plutôt que le zèle et la piété. » Et la majorité de la diète était de plus en plus encline à envisager avec faveur la cause du réformateur.

Redoublant de zèle, Aléandre insistait auprès de l'empereur pour qu'on exécutât les édits du pape. Or, sous les lois allemandes, cela n'était pas possible sans l'assentiment des princes. Vaincu enfin par l'importunité du légat, Charles Quint invita ce dernier à présenter son cas devant la diète. « Ce fut un grand jour pour le nonce. L'assemblée était auguste et la cause plus auguste encore. Aléandre devait plaider la cause de Rome, mère et maîtresse de toutes les Eglises », revendiquer la primauté de saint Pierre devant les princes de la chrétienté. « Bien doué sous le rapport de l'éloquence, il sut s'élever à la hauteur des circonstances. La Providence voulut que Rome, avant d'être condamnée, eût l'occasion de faire valoir sa cause par le plus habile de ses orateurs, et devant le plus puissant tribunal. » Ce n'est pas sans quelque appréhension que les amis de la Réforme envisageaient l'effet du discours d'Aléandre. L'électeur de Saxe, qui n'était pas présent, avait donné ordre à quelques uns de ses conseillers d'aller l'entendre et de prendre des notes.

Mettant à réquisition toute sa science et toute son éloquence, Aléandre accumula contre Luther accusation sur accusation. Il le traita d'ennemi public de l'Église et de l'État, des vivants et des morts, du clergé et des laïques, des conciles et des particuliers. « Il y a, dit-il, dans les erreurs de Luther de quoi faire brûler cent mille hérétiques. »

En concluant, il déversa tout son mépris sur les partisans de la foi réformée. « Que sont tous ces luthériens? Un amas de grammairiens insolents, de prêtres corrompus, de moines déréglés, d'avocats ignorants, de nobles dégradés et de gens du commun égarés et pervertis. Combien le parti catholique n'est-il pas plus nombreux, plus habile, plus puissant! Un décret unanime de cette illustre assemblée éclairera les simples, avertira les imprudents, décidera les hésitants et affermira les faibles. »

Telles sont les armes employées en tout temps contre les représentants de la vérité. Ces mêmes arguments sont encore avancés contre ceux qui osent opposer aux erreurs populaires les enseignements clairs et simples de la Parole de Dieu. « Qui sont ces novateurs? » s'écrient les partisans d'une religion populaire. « Un petit nombre d'ignorants et de roturiers prétendant avoir la vérité, et se donnant pour le peuple élu de Dieu! Combien supérieure en nombre et en influence est notre Église! Voyez de notre côté tous les hommes éminents par leur science et par leur piété! » De tels arguments exercent leur influence sur le monde; mais ils ne sont pas plus concluants maintenant qu'aux jours du réformateur.

Le discours du légat fit une profonde impression sur l'assemblée. Nul ne se trouva là pour opposer au champion du pape l'enseignement simple et clair de la Parole de Dieu. Personne ne tenta de défendre le réformateur. L'opinion générale était disposée, non seulement à le condamner, lui et ses doctrines, mais, si possible, à déraciner l'hérésie. Rome avait défendu sa cause dans les conditions les plus favorables. Tout ce qu'elle pouvait dire en sa faveur, elle l'avait dit. Mais son apparente victoire était le signal de sa défaite. Dès ce moment, le contraste entre la vérité et l'erreur deviendrait d'autant plus manifeste qu'elles allaient pouvoir se livrer ouvertement bataille. A partir de ce jour, jamais la position de Rome ne devait être aussi forte qu'auparavant.

Le légat avait présenté la papauté sous son plus beau jour. Les membres de la diète étaient à peu près unanimes pour livrer Luther à la vindicte de ses ennemis. À ce moment, l'Esprit de Dieu poussa un membre de la diète à faire un tableau véridique de la tyrannie papale. Noble et ferme, le duc Georges de Saxe se leva dans l'auguste assemblée; après avoir décrit avec une exactitude impitoyable les abus de la papauté ainsi que leurs déplorables conséquences, il conclut :

« Voilà quelques-uns des abus qui crient contre Rome. Toute honte bannie, on ne s'applique plus qu'à une seule chose... [amasser] de l'argent! encore de l'argent!... En sorte que les prédicateurs qui devraient enseigner la vérité ne débitent plus que des mensonges, et que non seulement on les tolère, mais qu'on les récompense, parce que plus ils mentent, plus ils gagnent. C'est de ce puits fangeux que proviennent tant d'eaux corrompues. La débauche donne la main à l'avarice... Ah! c'est le scandale que le clergé donne qui précipite tant de pauvres âmes dans une condamnation éternelle. Il faut opérer une réforme universelle. »

Luther lui-même n'eût pu dénoncer les abus de la papauté avec plus de puissance; le fait que l'orateur était un ennemi avéré du réformateur donnait plus de poids à ses paroles. En l'absence de Luther, la voix d'un plus grand que lui avait été entendue.

Si les yeux de l'assemblée avaient été ouverts, elle aurait vu dans son sein des anges de Dieu rayonnants de lumière dissipant les ténèbres de l'erreur et ouvrant les intelligences et les coeurs à la vérité. C'était la puissance du Dieu de sagesse et de vérité qui refrénait les adversaires de la Réforme et préparait ainsi la voie à la grande oeuvre qui allait s'accomplir.

La Réforme n'a pas pris fin avec Luther, comme beaucoup le supposent. Elle doit se poursuivre jusqu'à la fin de l'histoire de l'humanité. Luther avait une grande tâche : celle de communiquer au monde la lumière que Dieu avait fait briller sur son sentier; et pourtant, il ne la possédait pas tout entière. De son temps à nos jours, des lumières nouvelles n'ont cessé de jaillir des pages des saintes Écritures.

La diète nomma aussitôt une commission chargée de préparer une liste des exactions papales qui pesaient si lourdement sur le peuple allemand. Ce catalogue, qui contenait cent et un griefs, fut présenté à l'empereur avec la requête instante de prendre des mesures immédiates pour faire cesser ces abus. « Que d'âmes chrétiennes perdues! » disaient les pétitionnaires, « que de dépravations, que d'extorsions résultent des scandales dont s'entoure le chef spirituel de la chrétienté! Il faut prévenir la ruine et le déshonneur de notre peuple. C'est pourquoi, tous ensemble, nous vous supplions très humblement, mais de la manière la plus pressante, d'ordonner une réforme générale, de l'entreprendre et de l'accomplir. »

La diète exigea alors qu'on fit comparaître le réformateur. En dépit des objurgations, des protestations et des menaces d'Aléandre, l'empereur finit par y consentir. La convocation était accompagnée d'un sauf-conduit promettant que Luther serait ramené en lieu sûr. Ces deux documents furent portés à Wittenberg par un héraut chargé d'escorter le réformateur.

Les amis de Luther furent terrifiés. Connaissant la haine de ses ennemis, ils craignaient que le sauf-conduit ne fût pas respecté, et ils le suppliaient de ne pas exposer sa vie. Il leur répondit : « Les papistes ne désirent pas ma comparution à Worms, mais ma condamnation et ma mort. N'importe! Priez, non pour moi, mais pour la Parole de Dieu.... Le Christ me donnera son Esprit pour vaincre les ministres de l'erreur. Je les méprise pendant ma vie, et j'en triompherai par ma mort. On s'agite à Worms pour me contraindre à me rétracter. Voici quelle sera ma rétractation : J'ai dit autrefois que le pape était le vicaire du Christ; maintenant je dis qu'il est l'adversaire du Seigneur et l'apôtre du diable. »

Luther n'allait pas être seul à faire ce périlleux voyage. Outre le messager impérial, trois de ses meilleurs amis décidèrent de l'accompagner. Mélanchthon désirait ardemment se joindre à eux. Uni de coeur à son ami, il voulait le suivre, s'il le fallait, jusqu'à la prison et à la mort. Mais on ne le lui permit pas. Si Luther devait mourir, la responsabilité de la Réforme devait retomber sur les épaules de son jeune collaborateur. En le quittant, le réformateur lui fit cette recommandation : « Si je ne reviens pas, et que mes ennemis m'ôtent la vie, ô mon frère! ne cesse pas d'enseigner la vérité, et d'y demeurer ferme. Travaille à ma place.... Si tu vis, peu importe que je périsse. » Les étudiants et les citoyens qui s'étaient réunis pour assister au départ du réformateur étaient très émus. De nombreuses personnes dont le coeur avait été touché par l'Évangile lui firent des adieux émouvants.

Chemin faisant, Luther et ses compagnons constatèrent que de sombres pressentiments agitaient les foules. Dans certaines villes, on ne lui fit aucun accueil. Dans une auberge où l'on s'arrêta pour la nuit, un prêtre ami lui fit part de ses craintes en lui présentant le portrait de Savonarole, le réformateur italien, martyr de sa foi. Le jour suivant, on apprit que les écrits de Luther avaient été condamnés à Worms. Des messagers impériaux proclamaient le décret de l'empereur et sommaient le peuple d'apporter aux magistrats les ouvrages proscrits. Le héraut, craignant pour la sécurité du voyageur devant la diète, et pensant que sa résolution était ébranlée, lui demanda s'il était encore décidé à poursuivre sa route. Sa réponse fut : « Oui, même si je suis interdit dans toutes les villes. »

À Erfurt, on fit à Luther de grands honneurs. Dans les rues qu'il avait si souvent parcourues en mendiant, il se vit entouré d'une foule admiratrice. Il visita la cellule de son couvent, et se rappela les luttes par lesquelles il avait passé avant de recevoir dans son coeur la lumière qui inondait maintenant l'Allemagne. On l'invita à prêcher. Cela, lui avait été interdit, mais le héraut impérial le lui permit, et le moine qui avait été domestique du couvent monta en chaire.

Il parla sur ces paroles du Christ : « La paix soit avec vous. » « Tous les philosophes, dit-il, les docteurs, les écrivains se sont appliqués à enseigner comment l'homme peut obtenir la vie éternelle, et ils n'y sont point parvenus. Je veux maintenant vous le dire.... Dieu a ressuscité un homme, le Seigneur Jésus-Christ, pour qu'il écrase la mort, détruise le péché, et ferme les portes de l'enfer. Voilà l'oeuvre du salut.... Jésus-Christ a vaincu! Voilà la grande nouvelle! et nous sommes sauvés par son oeuvre, et non par les nôtres.... Notre Seigneur a dit : La paix soit avec vous; regardez mes mains, c'est-à-dire : Regarde, ô homme! c'est moi, c'est moi seul qui ai ôté ton péché, et qui t'ai racheté; et maintenant, dit le Seigneur, tu as la paix! »

Il poursuivit en montrant que la foi se manifeste par la sainteté de la vie. « Puisque Dieu nous a sauvés, ordonnons tellement nos oeuvres qu'il y mette son bon plaisir. Es-tu riche? Que ton bien soit utile aux pauvres! Es-tu pauvre? Que ton service soit utile aux riches! Si ton travail n'est utile qu'à toi-même, le service que tu prétends rendre à Dieu n'est qu'un mensonge. »

L'auditoire était suspendu à ses lèvres. Le pain de vie était rompu à des âmes qui mouraient d'inanition. Le Sauveur était élevé à leurs yeux au-dessus des papes, des légats, des empereurs et des rois. Luther ne fit aucune allusion à la situation périlleuse dans laquelle il se trouvait. Il ne fit rien pour attirer sur sa personne l'attention ou la sympathie. Se perdant de vue dans la contemplation du Christ, il se cachait derrière l'Homme du Calvaire, en qui il voyait son Rédempteur.

Continuant sa route, le réformateur était partout l'objet du plus vif intérêt. Une foule avide se pressait autour de lui. Des voix amies l'avertissaient des desseins des romanistes : « On vous brûlera, lui disait-on, on réduira votre corps en cendres, comme on l'a fait de celui de Jean Hus. » Sa réponse était : « Quand ils feraient un feu qui s'étendrait de Worms à Wittenberg et qui s'élèverait jusqu'au ciel, au nom du Seigneur je le traverserais. Je paraîtrais devant eux, j'entrerais dans la gueule de ce Béhémoth, je briserais ses dents, et je confesserais le Seigneur Jésus-Christ. »

En apprenant qu'il approchait de Worms, les gens furent en effervescence. Ses amis tremblaient pour sa sécurité; ses ennemis craignaient pour leur cause. On s'efforça de le dissuader d'entrer dans la ville. À l'instigation des prêtres, il fut invité à se retirer dans le château d'un chevalier sympathique à sa cause, où, lui assurait-on, toutes les difficultés pourraient être résolues amicalement. Des amis tentèrent d'exciter ses craintes en lui représentant les dangers auxquels il était exposé. Tout fut inutile. Inébranlable, Luther répondit : « Quand même il y aurait autant de diables à Worms qu'il y a de tuiles sur les toits, j'y entrerais. »

À son entrée dans la ville, l'animation fut intense : une grande foule lui souhaita la bienvenue. L'empereur lui-même n'avait pas vu une aussi grande foule venir le saluer. Du milieu de la foule, une voix perçante et plaintive fit entendre le chant des morts pour avertir Luther du sort qui le menaçait. « Dieu sera ma défense », dit-il en descendant de voiture.

Les romanistes n'avaient pas cru que Luther oserait venir à Worms; aussi son arrivée les plongea-t-elle dans la consternation. L'empereur convoqua aussitôt ses conseillers afin de savoir quel parti prendre. L'un des évêques, papiste rigide, prenant la parole, s'écria : « Nous nous sommes longuement consultés sur cette affaire. Que votre Majesté impériale se débarrasse promptement de cet homme. Sigismond n'a-t-il pas fait brûler Jean Hus? On n'est tenu ni de donner un sauf-conduit à un hérétique ni de le respecter. « Non! dit Charles : ce qu'on a promis, il faut qu'on le tienne. » On décida, en conséquence, de faire comparaître le réformateur.

Toute la ville désirait voir cet homme extraordinaire. Bientôt, une foule de visiteurs envahit son appartement. À peine remis de sa récente maladie, fatigué d'un voyage qui avait duré deux semaines entières, et devant se préparer à la comparution solennelle du lendemain, il avait besoin de calme et de repos. Mais leur désir de le voir était si grand que nobles, chevaliers, prêtres, citoyens se pressaient autour de lui. De ce nombre étaient plusieurs de ceux qui avaient hardiment demandé à l'empereur de mettre fin aux abus du clergé, et qui, dit plus tard Luther, « avaient tous été affranchis par mon Évangile ». Amis et ennemis accouraient pour contempler ce moine intrépide au visage pâle, émacié, qui recevait chacun avec une bienveillance enjouée. Son calme, sa dignité, son tact, son attitude ferme et courageuse, la solennité de ses paroles lui donnaient une autorité à laquelle ses ennemis eux-mêmes avaient peine à résister, et qui remplissait chacun d'étonnement. Les uns voyaient en lui une puissance divine, d'autres répétaient les paroles des pharisiens au sujet du Christ : « Il a un démon. »

Le lendemain, sommé de comparaître devant la diète, Luther y fit son entrée, conduit par un officier impérial, après avoir traversé des rues encombrées d'une foule avide de voir celui qui avait osé braver l'autorité du pape.

Au moment où l'accusé allait comparaître devant ses juges, un vieux général, héros de bien des batailles, lui dit avec bonté : « Petit moine! petit moine! Tu as devant toi une marche et une affaire telles que ni moi, ni bien des capitaines n'en avons jamais vu de pareille dans la plus sanglante de nos batailles! Mais si ta cause est juste, et si tu en as l'assurance, avance au nom de Dieu, et ne crains rien! Dieu ne t'abandonnera pas! »

Luther était enfin devant la diète, où l'empereur occupait le trône, entouré des personnages les plus illustres de l'empire. Jamais homme n'avait comparu devant plus imposante assemblée. « Cette comparution était déjà une éclatante victoire remportée sur la papauté. Le pape avait condamné cet homme, et cet homme se trouvait devant un tribunal qui se plaçait ainsi au-dessus du pape. Le pape l'avait mis à l'interdit, retranché de toute société humaine, et il était convoqué en termes honorables et reçu devant la plus auguste assemblée de l'univers. Le pape avait ordonné que sa bouche fût à jamais muette, et il allait l'ouvrir devant des milliers d'auditeurs assemblés des endroits les plus éloignés de toute la chrétienté. Une immense révolution s'était ainsi accomplie au moyen de Luther. Rome descendait déjà de son trône, et c'est la parole d'un moine qui l'en faisait descendre. »

En présence de cette assemblée de rois et de princes, le fils du mineur de Mansfeld se sentit ému et intimidé. Plusieurs princes, l'ayant remarqué, s'approchèrent de lui avec bienveillance. L'un d'eux lui dit : « Ne craignez point ceux qui tuent le corps, et qui ne peuvent tuer l'âme. » Un autre ajouta : « Quand vous serez menés devant des gouverneurs et devant des rois, l'Esprit de votre Père parlera par votre bouche. » Ainsi, à cette heure critique, les paroles du divin Maître venaient fortifier son serviteur par l'organe des puissants de ce monde.

Luther fut placé en face du trône de l'empereur. Un profond silence se fit dans l'assemblée. Alors un officier impérial se leva et, désignant une collection des écrits de Luther, invita le réformateur à répondre à deux questions : premièrement, ces ouvrages étaient-ils bien de lui? deuxièmement, était-il disposé à rétracter les opinions qu'il y avait avancées? Les titres des ouvrages ayant été lus, Luther, répondant à la première question, affirma en être l'auteur. « Quant à la seconde question, dit-il, attendu que c'est une question qui regarde la foi et le salut des âmes, et dans laquelle est impliquée la Parole de Dieu, le plus grand et le plus précieux trésor qu'il y ait dans les cieux et sur la terre, j'agirais avec imprudence si je répondais sans réflexion. Je pourrais affirmer moins que la chose ne le demande, ou plus que la vérité ne l'exige, et me rendre ainsi coupable envers cette parole du Christ : 'Quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux.' C'est pourquoi, je prie en toute soumission Sa Majesté impériale de me donner du temps afin de répondre sans porter atteinte à la Parole de Dieu. »

Cette requête de Luther était sage. Il convainquait ainsi l'assemblée qu'il n'agissait ni par aigreur ni par impulsion. Ce calme, cet empire sur soi-même, inattendus chez un homme qui s'était montré hardi et intransigeant, fortifièrent sa cause et lui permirent de répondre plus tard avec une prudence, une décision, une sagesse et une dignité qui surprirent et déconcertèrent ses adversaires.

Sa réponse définitive fut renvoyée au jour suivant; le réformateur; à la vue des forces liguées contre la vérité, sentit momentanément le coeur lui manquer; sa foi fléchit; la crainte et le tremblement le saisirent, et il fut envahi par une terreur indéfinissable. Les dangers se multipliaient devant lui; ses ennemis semblaient sur le point de triompher, et la puissance des ténèbres, prête à l'engloutir. Les sombres nuages qui s'accumulaient autour de lui, et semblaient vouloir le séparer de Dieu, lui firent perdre l'assurance que le Dieu des armées serait avec lui. Dans sa détresse, courbé vers la terre, il fit entendre une de ces prières éperdues dont Dieu seul peut mesurer la valeur.

« Dieu tout-puissant! Dieu éternel! criait-il; que le monde est terrible! Comme il ouvre la bouche pour m'engloutir! et que j'ai peu de confiance en toi!... Si je dois mettre mon espérance dans les puissants de la terre, c'en est fait de moi!... O Dieu!... Assiste-moi contre toute la sagesse du monde! Fais-le; tu dois le faire, toi seul, car ce n'est pas mon oeuvre, mais la tienne. Je n'ai ici rien à faire; je n'ai rien à débattre, moi, avec ces grands du monde.... La cause est la tienne; elle est juste et éternelle! O Seigneur, sois mon aide! Dieu fidèle, Dieu immuable! Je ne me repose sur aucun homme.... Tout ce qui est de l'homme chancelle et défaille.... Tu m'as élu pour cette oeuvre, je le sais!... Eh bien! agis donc ô Dieu!... tiens-toi à côté de moi, pour le nom de Jésus-Christ, ton Fils bien-aimé, ma défense, mon bouclier et ma forteresse. "

Pour préserver le réformateur d'un sentiment de confiance en sa propre force et de témérité devant le danger, Dieu, dans sa sagesse, permettait qu'il eût l'intuition de son péril. Ce n'était pas, en effet, la crainte des souffrances personnelles, ni la perspective de la torture ou de la mort apparemment imminentes qui le terrifiaient, et ce n'était point en vue de sa propre sécurité qu'il luttait avec Dieu; c'était pour le triomphe de l'Évangile. L'heure de la crise était arrivée, et il se sentait incapable de l'affronter. Un acte de faiblesse de sa part eût pu compromettre la cause de la vérité. Les angoisses de son âme en cette occasion peuvent être comparées à celles de Jacob au torrent de Jabok. Comme lui, Luther lutta avec Dieu et obtint la victoire. Conscient de son impuissance, cramponné à Jésus, son puissant Libérateur, il fut fortifié par l'assurance qu'il ne paraîtrait point seul devant l'assemblée. La paix rentra dans son âme, et il se réjouit qu'il lui fût permis d'élever la Parole de Dieu devant les chefs de la nation.

Les regards fixés sur Dieu, Luther se prépara à la lutte. Il fit le plan de sa réponse, relut quelques passages de ses ouvrages et tira des Écritures des preuves propres à soutenir ses positions. Puis, posant sa main gauche sur le Livre sacré ouvert sur la table, et levant la main droite au ciel, il « jura de demeurer fidèle à l'Évangile et de confesser ouvertement sa foi, dût-il sceller cette confession de son sang ».

Quand il comparut à nouveau devant la diète, son visage ne portait aucune trace de crainte ou de timidité. Témoin de Dieu devant les grands de la terre, il respirait le calme, la paix et une noble bravoure. Son discours, en réponse à l'officier impérial qui lui demandait sa décision, fut courtois et respectueux; sa voix claire était contenue et sans éclats; toute sa personne manifestait une confiance et une joie qui surprirent l'assemblée. Il parla en ces termes :

« Sérénissime Empereur! illustres princes, gracieux seigneurs!... Comparaissant aujourd'hui devant vous, par la miséricorde de Dieu, selon l'ordre qui m'en fut donné hier, je conjure votre Majesté et vos augustes Altesses d'écouter avec bonté la défense d'une cause qui, j'en ai l'assurance, est juste et bonne. Si, par ignorance, je manquais aux usages et aux bienséances des cours, je vous prie de me pardonner, car j'ai été élevé dans l'obscurité d'un cloître, et non dans les palais des rois. »

Entrant ensuite dans son sujet, Luther déclara que ses livres n'étaient pas tous de la même nature. Dans les uns, il parlait de la foi et des bonnes oeuvres; ses ennemis eux-mêmes les considéraient non seulement comme inoffensifs, mais comme utiles. Les rétracter, c'eût été renier des vérités que tous admettaient. Une seconde catégorie était composée de livres condamnant la corruption et les abus de la papauté. Les rejeter, c'eût été fortifier la tyrannie de Rome et ouvrir la porte à de grandes et nombreuses impiétés. La troisième catégorie attaquait des individus qui soutenaient les abus existants. Pour ceux-ci, il confessa volontiers avoir été plus violent qu'il ne convenait. Mais, sans avoir la prétention d'être parfait, il ne pouvait pas non plus rétracter ces derniers ouvrages, parce que, ce faisant, il encouragerait les ennemis de la vérité, qui profiteraient de cette occasion pour écraser le peuple de Dieu avec plus de cruauté encore.

« Cependant, ajouta-t-il, je suis un simple homme, et non pas Dieu; je me défendrai donc comme l'a fait Jésus-Christ : Si j'ai mal parlé, faites connaître ce que j'ai dit de mal.... Je vous conjure donc, par les miséricordes de Dieu, sérénissime empereur, et vous, très illustres princes, et tout autre homme, qu'il soit de haut ou de bas étage, de me prouver par les écrits des prophètes et des apôtres que je me suis trompé. Dès que j'aurai été convaincu, je rétracterai aussitôt toutes mes erreurs, et serai le premier à saisir mes écrits et à les jeter dans les flammes. »

« Ce que je viens de dire, ajouta-t-il, montre clairement, je pense, que j'ai bien considéré et pesé les dangers auxquels je m'expose; mais loin d'en être effrayé, c'est pour moi une grande joie de voir, que l'Évangile est encore aujourd'hui, comme autrefois, une cause de trouble et de discorde. C'est là le caractère et la destinée de la Parole de Dieu. 'Je ne suis pas venu apporter la paix sur la terre, a dit Jésus, mais l'épée.' Dieu est admirable et terrible dans ses conseils; craignons qu'en prétendant arrêter les discordes nous ne persécutions la sainte Parole de Dieu et ne fassions fondre sur nous un affreux déluge d'insurmontables dangers, de désastres présents et de désolation éternelle. Je pourrais citer des exemples tirés des oracles de Dieu.... Je pourrais vous parler des pharaons, des rois de Babylone et d'Israël qui n'ont jamais travaillé plus efficacement à leur ruine que lorsque, par des conseils en apparence très sages, ils pensaient affermir leur empire. »

Luther avait parlé en allemand; on le pria de répéter son discours en latin. Il le fit avec la même puissance et la même clarté que la première fois. Cette circonstance était voulue de Dieu. Les princes étaient tellement aveuglés par les préjugés qu'ils n'avaient pu, à la première audition, saisir le puissant raisonnement de Luther; la deuxième leur permit de le bien comprendre.

En revanche, les esprits fermés à la lumière et résolus à ne rien entendre n'avaient pas écouté sans colère les courageuses paroles du moine. Lorsque celui-ci eut cessé de parler, l'orateur de la diète lui dit avec irritation : « Vous n'avez pas répondu à la question qu'on vous a faite. On vous demande une réponse claire et précise. Voulez-vous, oui ou non, vous rétracter? »

Le réformateur répondit : « Puisque votre sérénissime Majesté et vos hautes puissances exigent une réponse simple, claire et précise, je la leur donnerai, la voici : Je ne puis soumettre ma foi ni au pape, ni au concile, parce qu'il est clair comme le jour qu'ils sont souvent tombés dans l'erreur et même dans de grandes contradictions avec eux-mêmes. Si donc je ne suis convaincu par le témoignage des Écritures ou par des raisons évidentes; si l'on ne me persuade par les passages mêmes que j'ai cités, rendant ainsi ma conscience captive de la Parole de Dieu, je ne puis et ne veux rien rétracter, car il n'est pas prudent pour le chrétien de parler contre sa conscience. Me voici, je ne puis faire autrement; Dieu m'assiste! Amen. »

Ainsi parla cet homme juste, campé sur le rocher inébranlable de la Parole de Dieu, les traits illuminés de la lumière divine. Alors qu'il dénonçait la puissance de l'erreur et témoignait en faveur de la foi par laquelle le monde est vaincu, la grandeur et la pureté de son caractère, la paix et la joie de son coeur devinrent manifestes pour tous.

L'assemblée entière resta quelque temps muette de stupeur. Lors de sa première comparution, Luther avait parlé d'une voix modérée et d'un ton respectueux et presque soumis. Les romanistes en avaient conclu que son courage commençait à fléchir. Ils avaient considéré sa demande d'un délai comme le prélude de sa rétractation. L'empereur lui-même, remarquant son air souffrant, la modestie de sa mise et la simplicité de son allocution, avait dit d'un air dédaigneux : « Ce n'est pas ce moine qui fera jamais de moi un hérétique. » Mais le courage et la fermeté dont il faisait preuve maintenant, aussi bien que la puissance et la clarté de son raisonnement, surprirent tous les partis. Plein d'admiration, l'empereur s'écria : « Ce moine parle avec un coeur intrépide et un indomptable courage. » Et plusieurs des princes allemands contemplaient ce représentant de leur nation avec une satisfaction mêlée d'orgueil.

Les amis de la curie romaine étaient battus : leur cause apparaissait sous le jour le plus défavorable. Pour garder leurs positions, ils eurent recours, non aux Écritures, mais à des menaces, l'argument ordinaire de Rome. L'orateur de la diète, s'adressant à Luther, lui cria : « Si tu ne te rétractes, l'empereur et les États de l'empire verront ce qu'ils auront à faire envers un hérétique obstiné. » Puis on le pria de se retirer pendant que les princes délibéreraient.

À ces paroles Luther répondit calmement : « Dieu me soit en aide, car je ne puis rien rétracter. »

Une heure grave avait sonné, chacun en avait la conviction. L'obstination du réformateur à ne rien rétracter pouvait affecter l'histoire de l'Église pendant des siècles. On décida de lui donner une dernière occasion. Il fut ramené devant l'assemblée. Une fois de plus, on lui demanda s'il voulait renoncer à ses doctrines. Ses paroles furent : « Je n'ai point d'autre réponse à faire que celle que j'ai faite. » Il était évident que ni les promesses ni les menaces ne réussiraient à le faire céder aux désirs de ses adversaires.

Vexés de voir bravée par un simple moine une puissance devant laquelle princes et rois avaient tremblé, les chefs de l'Église étaient impatients de lui faire éprouver, par la torture et la mort, les effets de leur colère. Conscient de ces dangers, Luther avait parlé devant tous avec le calme et la dignité qui conviennent à un chrétien. Il n'y avait eu dans ses paroles ni calomnie, ni orgueil, ni acrimonie. S'oubliant lui-même et oubliant les grands personnages qui l'entouraient, il n'avait eu en vue qu'une chose : la présence d'un Être infiniment supérieur aux papes, aux prélats et aux rois. Le Sauveur avait parlé par la bouche de son serviteur avec une puissance et une élévation qui avaient, pour un temps, surpris et émerveillé amis et ennemis. L'Esprit de Dieu, présent dans cette assemblée, avait agi sur le coeur des chefs de l'empire. Plusieurs des princes reconnurent hardiment la justice de la cause de Luther. Un grand nombre d'entre eux furent convaincus de la vérité; mais, pour beaucoup, les impressions reçues ne furent pas durables. D'autres n'exprimèrent pas immédiatement leur conviction, mais, sondant plus tard les Écritures, devinrent de courageux soutiens de la Réforme.

L'électeur Frédéric, qui n'avait pas attendu sans inquiétude la comparution de Luther devant la diète, avait écouté son discours avec une profonde émotion. Avec une joie mêlée d'orgueil, il avait contemplé le courage, la fermeté et la maîtrise du jeune docteur, et il avait pris la résolution de le défendre avec plus d'énergie. Comparant les partis en présence, il avait constaté que la sagesse des papes, des rois et des prélats avait été confondue par la puissance de la vérité. La papauté venait d'éprouver une défaite dont les conséquences allaient se faire sentir dans tous les pays et dans tous les siècles à venir.

Voyant l'impression causée par la défense de Luther, le légat du pape craignit plus que jamais pour la puissance de son Église et se promit de tenter l'impossible pour faire disparaître le réformateur. Avec toute l'éloquence et l'habileté diplomatique dont il était si éminemment doué, il représenta au jeune empereur la folie qu'il y aurait à sacrifier la puissante amitié du pape à la cause d'un obscur religieux.

Ses paroles ne restèrent pas sans effet. Le lendemain de la réponse de Luther, l'empereur fit présenter à la diète un message annonçant sa détermination de soutenir et protéger la religion catholique comme l'avaient fait ses prédécesseurs. Étant donné que Luther avait refusé de renoncer à ses erreurs, il allait recourir aux mesures les plus rigoureuses contre lui et contre les hérésies qu'il enseignait. « Un seul moine, disait-il, égaré par sa propre folie, s'élève contre la foi de la chrétienté. Je sacrifierai mes royaumes, ma puissance, mes amis, mes trésors, mon corps, mon sang, mon esprit et ma vie pour arrêter cette impiété. Je vais renvoyer l'augustin Luther, en lui défendant de causer le moindre tumulte parmi le peuple; puis je procéderai contre lui et ses adhérents, hérétiques impénitents, par l'excommunication, par l'interdit, et par tous les moyens propres à les détruire. Je demande aux membres de tous les États de se conduire comme de fidèles chrétiens. »

Mais comme le sauf-conduit de Luther devait être respecté, il fallait, avant de sévir contre lui, lui donner le temps de rentrer chez lui sain et sauf.

À ce sujet, deux opinions contradictoires se manifestèrent parmi les membres de la diète. Les représentants du pape demandaient qu'on ne respectât pas le sauf-conduit. Selon eux, les cendres de Luther devaient être jetées dans le Rhin, comme l'avaient été celles de Hus, un siècle plus tôt. Mais les princes allemands, bien que papistes et ennemis du réformateur, protestaient contre une telle violation de la parole donnée, qui eût été une tache pour la nation entière. Rappelant les calamités qui avaient suivi l'exécution de Jean Hus, ils déclarèrent qu'ils n'osaient pas attirer sur l'Allemagne et sur son jeune empereur de semblables catastrophes.

Charles Quint lui-même répondit à cette proposition : « Si la bonne foi et la loyauté étaient bannies de tout l'univers, elles devraient trouver un refuge dans le coeur des princes. » Alors, les ennemis les plus acharnés du réformateur pressèrent le monarque d'agir avec lui comme l'avait fait Sigismond avec Jean Hus : le livrer aux compassions de l'Église. Charles, se rappelant Hus montrant ses chaînes au milieu du concile et accusant publiquement l'empereur d'avoir trahi la foi jurée, répliqua : « Je ne tiens nullement à rougir en public comme Sigismond. »

Charles Quint n'en avait pas moins délibérément rejeté les vérités dont Luther était le champion. « Je suis fermement résolu à suivre l'exemple de mes ancêtres », disait le monarque. Il avait décidé de ne pas quitter les sentiers de la coutume pour suivre les voies de la vérité et de la justice. Comme ses pères, il voulait soutenir la papauté, sa cruauté et ses abus. Ayant pris cette position, il refusa d'accepter des lumières que ses pères n'avaient pas reçues, ou de se soumettre à des devoirs qu'ils n'avaient point connus.

Nombreux sont encore, de nos jours, ceux qui s'attachent aux coutumes et aux traditions de leurs pères. Quand le Seigneur leur envoie de nouvelles lumières, ils les refusent parce que leurs pères n'en ont pas joui, oubliant qu'ils ne vivent plus au temps de leurs pères, et que leurs devoirs et leurs responsabilités ne sont pas les mêmes. Ce ne sont pas nos pères, mais les oracles de Dieu, qui doivent déterminer notre devoir. Notre responsabilité est plus grande que celle de nos ancêtres, car nous devrons rendre compte à la fois de la lumière qui a brillé sur leur sentier et de celle que la Parole de Dieu fait jaillir sur le nôtre.

Parlant des Juifs incrédules, Jésus disait : « Si je n'étais pas venu et que je ne leur eusse point parlé, ils n'auraient pas de péché; mais maintenant ils n'ont aucune excuse de leur péché. » (
Jean 15.22 ) Ces mêmes paroles étaient adressées par Luther à l'empereur et aux princes d'Allemagne. Pendant qu'elles retentissaient, l'Esprit de Dieu plaidait pour la dernière fois avec plusieurs membres de l'assemblée. Comme Pilate qui, plusieurs siècles auparavant, avait permis à l'orgueil et à l'ambition de fermer son coeur aux paroles du Rédempteur du monde; comme Félix qui, tremblant de peur, avait répondu au messager de la vérité : « Pour le moment retire-toi; quand j'en trouverai l'occasion, je te rappellerai »; comme l'orgueilleux Agrippa, qui avait dit : « Tu vas bientôt me persuader de devenir chrétien » ( Actes 24.25; 26.28 ), et s'était détourné pourtant du message céleste -- de même Charles Quint rejeta la lumière de la vérité pour suivre les conseils de la politique et du respect humain.

La rumeur de ce qui se tramait contre Luther se répandait au-dehors et mettait la ville en effervescence. Le réformateur s'était fait nombre d'amis qui connaissaient la cruauté de Rome envers ceux qui osaient dévoiler ses abus. Des centaines de nobles s'engageaient à le protéger. Plusieurs dénonçaient ouvertement le message royal comme une couardise devant le clergé. Sur les portes des maisons et dans les lieux publics, s'affichaient des écriteaux pour et contre Luther. L'un portait simplement ces paroles du Sage : « Malheur à toi, pays, dont le roi est un enfant. » L'enthousiasme populaire soulevé dans toutes les parties de l'Allemagne en faveur de Luther convainquit l'empereur et la diète que toute injustice faite à ce moine courageux menacerait non seulement la paix, mais aussi la sécurité du trône.

Frédéric de Saxe observait une sage réserve. Dissimulant avec soin ses vrais sentiments à l'égard du réformateur, il veillait sur lui avec une infatigable vigilance, surveillant tous ses mouvements, aussi bien que ceux de ses ennemis. Mais de nombreux personnages ne cachaient pas leur sympathie pour Luther. Princes, comtes, barons et autres gens de distinction, tant laïques qu'ecclésiastiques, lui rendaient visite. Spalatin écrivait que la petite chambre du réformateur ne pouvait contenir tous ceux qui désiraient le voir. On le considérait comme un être surhumain. Ceux mêmes qui ne croyaient pas à sa doctrine ne pouvaient s'empêcher d'admirer la noble droiture qui lui faisait braver la mort plutôt que de violer sa conscience.

De sérieux efforts furent tentés en vue d'amener Luther à entrer en compromis avec Rome. Nobles et princes lui firent remarquer que s'il persistait à mettre son opinion au-dessus de celle de l'Église et des conciles, il ne tarderait pas à être banni de l'empire et laissé sans défense. À quoi Luther répondit : « L'Évangile du Christ ne peut être prêché sans scandale. Comment donc cette crainte ou cette appréhension du danger me détacherait-elle du Seigneur et de cette Parole divine qui est l'unique vérité? Non, plutôt donner mon corps, mon sang et ma vie! »

On l'engagea derechef à se soumettre au jugement de l'empereur, faisant valoir que, s'il l'acceptait, il n'aurait rien à craindre. « Je consens de grand coeur, dit-il, que l'empereur, les princes, et le plus chétif des chrétiens examinent et jugent mes écrits, mais à une condition, c'est qu'ils prennent la Parole de Dieu pour règle. Les hommes n'ont pas autre chose à faire qu'à lui obéir. Ma conscience est sa prisonnière, et je dois lui être soumis. »

À un autre appel, il répondait : « Je consens à renoncer au sauf-conduit. Je remets entre les mains de l'empereur ma personne et ma vie, mais la Parole de Dieu,...jamais! » Il voulait bien se soumettre à la décision d'un concile général, mais à la condition que ce concile jugeât selon la Parole de Dieu. « Pour ce qui touche à la Parole de Dieu et à la foi, ajoutait-il, tout chrétien est aussi bon juge que le pape, ce dernier fût-il même appuyé par un million de conciles. » (Luther, Œuvres complètes, (éd. de Halle), vol. II, p. 107.) Amis et ennemis finirent par se convaincre de l'inutilité de tout nouvel effort de réconciliation.

Si le réformateur avait fléchi sur un seul point, Satan et ses armées eussent remporté la victoire. Mais son inébranlable fermeté fut le gage de l'émancipation de l'Église et l'aube d'une ère nouvelle. L'influence de cet homme qui osait, en matière de religion, penser et agir pour lui-même, allait se faire sentir sur les Églises et sur le monde, non seulement de son vivant, mais jusqu'à la fin des temps. Sa fermeté et sa fidélité à l'Écriture devaient fortifier tous ceux qui seraient appelés à traverser des circonstances analogues. La puissance et la majesté de Dieu avaient été exaltées au-dessus des conseils de l'homme et du pouvoir de Satan.

L'empereur ordonna bientôt à Luther de rentrer chez lui. Le réformateur savait que sa condamnation suivrait de près cette injonction. En dépit des sombres nuages qui planaient sur son sentier, il quitta Worms, le coeur débordant de joie et de louanges. « Le diable lui-même, disait-il, gardait la citadelle du pape; mais le Christ y a fait une large Brèche; et Satan a dû confesser que le Seigneur est plus puissant que lui. »

Après son départ, afin que sa fermeté ne fût pas prise pour un fol entêtement, Luther écrivit à l'empereur : « Dieu, qui est le scrutateur des coeurs, m'est témoin que je suis prêt à obéir avec empressement à votre Majesté, soit dans la gloire, soit dans l'opprobre, soit par la vie, soit par la mort, et en n'exceptant absolument rien que la Parole de Dieu par laquelle l'homme a la vie. Dans les affaires de la vie présente, ma fidélité vous est assurée; car ici perdre ou gagner sont choses indifférentes au salut. Mais quand il s'agit des biens éternels, Dieu ne veut pas que l'homme se soumette à l'homme. La soumission, dans le monde spirituel, est un véritable culte qui ne doit être rendu qu'au Créateur. »

Sur le chemin du retour, Luther fut accueilli de façon plus flatteuse encore qu'à son arrivée à Worms. Des princes de l'Église recevaient le moine excommunié; des magistrats honoraient l'homme dénoncé par l'empereur. On le pressa de prêcher, et, en dépit de la défense impériale, il monta de nouveau en chaire. « Je ne me suis jamais engagé, dit-il, et je ne m'engagerai jamais à enchaîner la Parole de Dieu. » (Correspondance de Luther (éd. de Ender), vol. III, p. 154, lettre du 14 mai 1521.)

Peu de temps après son départ de Worms, les dignitaires de l'Église obtinrent contre lui un édit de l'empereur. Cet édit traitait Luther de « Satan en personne sous forme humaine et revêtu d'un habit de moine ». Dès que le sauf-conduit serait périmé, des mesures devaient être prises en vue d'enrayer son oeuvre. Défense était faite à toute personne de lui offrir l'hospitalité, de lui donner à manger ou à boire, de lui prêter assistance en public ou en privé. Où qu'il se trouvât, il fallait se saisir de lui et le livrer entre les mains des autorités, arrêter ses partisans et confisquer leurs biens; de plus, les écrits luthériens devaient être détruits; enfin, quiconque ne se conformerait pas à ce décret était inclus dans sa condamnation. L'électeur de Saxe et tous les princes, qui étaient les plus courageux amis du réformateur, ayant quitté Worms peu après le départ de ce dernier, le décret fut sanctionné par la diète. Les romanistes exultaient; ils croyaient le sort de la Réforme définitivement scellé.

Mais Dieu avait préparé une voie de salut à son serviteur en vue de cette heure de péril. Un oeil vigilant avait suivi les mouvements de Luther, et un coeur noble et généreux avait résolu de le sauver. Il était évident que ce qu'il fallait à Rome, ce n'était rien de moins que sa vie. Le seul moyen de l'arracher à la gueule du lion était de le cacher; ce moyen, Dieu l'inspira à Frédéric de Saxe. Avec le concours d'amis sûrs, son plan fut exécuté, et le réformateur disparut pour ses amis comme pour ses ennemis. Pendant qu'il s'acheminait dans la direction de Wittenberg, il se vit soudain arrêté, arraché à son escorte, et conduit, après une fougueuse chevauchée à travers la forêt, dans le château de la Wartbourg, forteresse isolée dressée au sommet d'une colline. La capture et la retraite de Luther furent enveloppées d'un tel mystère que Frédéric lui-même n'en connut le lieu que longtemps après. Cette ignorance avait un objet. Tant que l'électeur ne connaissait pas la cachette de Luther, il ne pouvait pas la révéler. Il savait le réformateur en sûreté, et cela lui suffisait.

Le printemps, l'été et l'automne passèrent; l'hiver arriva, et Luther était toujours prisonnier. Aléandre et les siens exultaient, assurés que la lumière était sur le point de s'éteindre. Cependant, le réformateur alimentait sa lampe aux sources de la vérité et se préparait à la faire briller d'un plus vif éclat.

Dans la sécurité amicale de la Wartbourg, Luther fut d'abord heureux de se trouver hors de la confusion de la bataille. Mais il ne put supporter longtemps le calme et la détente. Accoutumé à une vie d'activité et aux rudes combats, il supportait peu l'inaction. Pendant ces jours de solitude, la condition de l'Église le préoccupait, et, dans son angoisse, il s'écriait : « Hélas! il n'est personne, dans ce dernier jour de la colère de Dieu, qui se tienne comme un mur devant le Seigneur pour sauver Israël. » Puis, pensant à lui-même, il craignait d'être accusé de lâcheté pour s'être retiré de la mêlée, et il se reprochait ses aises et son indolence. Et pourtant, il accomplissait chaque jour une somme de travail extraordinaire. Sa plume ne restait pas inactive, et ses ennemis, qui se flattaient de l'avoir réduit au silence, ne tardèrent pas à être étonnés et confondus des preuves de son activité. Une quantité de tracts écrits par le solitaire se répandaient dans toute l'Allemagne. Il rendit aussi à ses concitoyens un service inappréciable en traduisant le Nouveau Testament dans la langue du peuple. Du haut de son rocher de Patmos, il continua, pendant près d'une année, de proclamer l'Évangile et de dénoncer les erreurs de son temps.

Si Dieu avait retiré son serviteur de la vie publique, ce n'était pas seulement pour l'arracher à la fureur de ses adversaires et lui assurer un temps de tranquillité pour ses importants travaux; c'était en vue de résultats plus précieux encore. Dans la solitude et l'obscurité de cette retraite, éloigné des appuis humains et des louanges du monde, Luther fut mis à l'abri de la suffisance et de l'orgueil qui accompagnent souvent le succès. Cette souffrance et cette humiliation le préparaient à fouler d'un pas plus sûr les hauteurs vertigineuses où, si soudainement, il avait été transporté.

Tout en se réjouissant de la liberté que la vérité leur apporte, les hommes courent le danger d'exalter les serviteurs employés par Dieu pour rompre les chaînes de l'erreur et de la superstition. Satan s'efforce de détacher les hommes du Créateur pour diriger leurs pensées et leurs affections sur la créature. En les poussant à honorer l'instrument, il leur fait oublier la main qui les dirige, et alors, trop souvent, les conducteurs religieux, ainsi flattés et honorés, oublient leur dépendance de Dieu, et en viennent à se confier en eux-mêmes. Ils cherchent à dominer les esprits et les consciences de gens sans cesse enclins à leur demander conseil plutôt qu'à la Parole de Dieu. L'oeuvre de réformation est souvent enrayée par ce fâcheux travers. Dieu voulait en préserver la Réforme, afin que ce mouvement portât non le sceau de l'homme, mais le sien. Les yeux du monde s'étaient tournés vers Luther; il disparut afin d'obliger les regards à se reporter de l'interprète de la vérité sur l'éternel Auteur de celle-ci!

Partager cet article

Repost 0

commentaires