Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour et bienvenue à tous sur le blog consacré au livre d'Ellen White (1827-1915), "La Tragédie des Siècles" (1911). Cet ouvrage éclaire de façon étonnante le passé, le présent et l’avenir, tout en exposant le plan de Dieu pour l’humanité.
Source de réconfort et d’inspiration il deviendra l’un des livres les plus importants que vous ayez jamais lus.

Rechercher

23 septembre 2005 5 23 /09 /septembre /2005 00:00

LE RÉFORMATEUR SUISSE

Le choix des hommes employés à la réforme de l'Église révèle un principe analogue à celui qui présida à son établissement. Le divin Maître laissa de côté les grands de la terre, les gens titrés et les riches, accoutumés à recevoir les louanges et les hommages du peuple. Pleins du sentiment de leur supériorité, ils n'eussent pu sympathiser avec leurs semblables ni devenir les collaborateurs de l'humble Nazaréen. C'est à d'incultes pêcheurs de la Galilée que fut adressé l'appel : « Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. » ( Matthieu 4.19 ) Ces humbles, disposés à se laisser enseigner, n'avaient guère subi l'influence des faux enseignements de leur temps, et le Seigneur pouvait plus facilement les former pour Son service. Il en fut de même aux jours de la Réforme. Les principaux réformateurs, hommes du peuple, furent par conséquent moins atteints que d'autres par l'orgueil du rang et par le bigotisme religieux. Pour réaliser de grands desseins, Dieu se sert d'humbles instruments, afin que la gloire n'en soit pas attribuée à l'homme, mais « à celui qui produit le vouloir et le faire, selon son bon plaisir ».

Quelques semaines après la naissance de Luther dans la chaumière d'un mineur saxon, Ulrich Zwingle venait au monde dans le chalet d'un berger des Alpes. Le milieu et la première éducation de Zwingle étaient propres à le préparer en vue de sa future mission. Élevé au sein de paysages sublimes et sauvages, il avait constamment le sentiment de la puissance, de la grandeur et de la majesté de Dieu. L'histoire des exploits de ses compatriotes enflammait sa juvénile ardeur. Il recueillait des lèvres de sa pieuse grand-mère les histoires saintes qu'elle avait glanées parmi les légendes et les traditions de l'Église. C'est avec le plus profond intérêt qu'il écoutait le récit de la vie des patriarches et des prophètes, des bergers paissant leurs troupeaux sur les montagnes de la Palestine où des anges vinrent les entretenir de l'enfant de Bethléhem et de l'Homme de Golgotha.

De même que Jean Luther, le père de Zwingle, désirant faire instruire son fils, lui fit quitter très tôt la vallée où il avait vu le jour. Ses progrès furent si rapides que la question se posa bientôt de savoir où lui trouver des maîtres compétents. À l'âge de treize ans, il se rendit à Berne où se trouvait l'école la plus célèbre de Suisse. Là, le jeune homme courut un danger qui faillit compromettre son avenir : des moines le sollicitèrent vivement d'entrer au couvent. Par la richesse et le luxe de leurs églises, par la pompe de leurs cérémonies, par l'attraction de reliques célèbres et d'images miraculeuses, les dominicains et les franciscains se disputaient à Berne la faveur populaire.

Les dominicains se rendirent compte que, s'ils pouvaient gagner ce jeune et brillant élève, il serait pour eux une source de gains et d'honneurs. Son extrême jeunesse, ses dons naturels d'écrivain et d'orateur, son talent pour la musique et la poésie seraient, pensaient-ils, plus puissants que toutes leurs pompes pour attirer la foule dans leur église et augmenter leurs revenus. Par ruse et flatterie, ils s'efforcèrent de faire entrer Zwingle dans leur ordre. Pendant ses études, Luther était allé s'ensevelir dans une cellule de couvent; si la Providence divine ne l'en eût fait sortir, il eut été perdu pour le monde. Zwingle ne devait pas courir le même péril. Son père fut providentiellement informé des intentions des moines. Ne désirant nullement laisser son fils embrasser leur vie oisive et stérile, et voyant que l'utilité future de celui-ci était en jeu, il lui ordonna de regagner immédiatement le toit paternel.

Le jeune homme obéit; mais ne pouvant rester longtemps dans sa vallée natale, il alla poursuivre ses études à Bâle. C'est là qu'il entendit pour la première fois la prédication de l'Évangile de la grâce. Wittembach, un professeur de langues anciennes, qui avait été amené à lire les saintes Écritures grâce à l'étude du grec et de l'hébreu, en communiquait les lumières à ses élèves. Il enseignait qu'il y avait une vérité plus ancienne et d'une valeur infiniment plus grande que les théories des savants et des philosophes, à savoir que la mort de Jésus est la seule rançon du péché. Ces paroles furent pour Zwingle les premières lueurs de l'aurore.

Bientôt rappelé de Bâle pour commencer son ministère, le jeune étudiant fit ses premières armes dans une paroisse des Alpes assez rapprochée de sa ville natale. Après avoir reçu les ordres, il s'adonna de toutes ses forces à la recherche de la vérité divine, conscient, selon l'expression d'un de ses contemporains, de tout ce que devait savoir celui qui a charge du troupeau de Jésus-Christ. Plus il sondait les Écritures, plus lui apparaissait vif le contraste entre la vérité et les hérésies de Rome. Acceptant la Bible comme la Parole de Dieu, règle infaillible et suffisante de la foi et de la vie, il comprenait qu'elle doit être son propre interprète. Mais comme il n'osait se servir des Écritures pour étayer des doctrines préconçues, il estimait qu'il était de son devoir d'en connaître les enseignements positifs et évidents. Après avoir eu recours à tous les moyens dont il disposait pour en obtenir une parfaite intelligence, il implorait l'assistance du Saint-Esprit, chargé, selon lui, d'en révéler le sens à tous ceux qui le lui demandent sincèrement.

« L'Écriture, disait Zwingle, vient de Dieu et non de l'homme. Quiconque est éclairé d'en haut comprend que son langage est celui de Dieu. La Parole de Dieu... ne saurait errer; elle est lumineuse, elle enseigne, elle révèle, elle illumine l'âme par le salut et par la grâce; elle console en Dieu; elle humilie au point qu'on s'oublie pour ne penser qu'à Dieu. » Zwingle avait lui-même éprouvé la véracité de ces paroles. Il écrivait plus tard, en parlant de cette époque : « Quand... je commençai à m'adonner entièrement à l'étude de la Parole de Dieu, la philosophie et la scolastique venaient constamment me chercher querelle. J'en vins enfin à cette conclusion : il faut que je laisse tout cela derrière moi et que je cherche la lumière de Dieu uniquement dans sa Parole. Je demandai alors à Dieu sa lumière, et l'étude des Écritures commença à me devenir beaucoup plus facile. » (Schuler et Schulthess, Zwingli, vol. p. 81.)

Ce n'est pas de Luther que Zwingle reçut la vérité. « Si Luther prêche le Christ, disait le réformateur suisse, il fait ce que je fais; ceux qui ont été amenés par lui au Sauveur surpassent en nombre ceux qui l'ont été par moi. N'importe! je ne veux porter d'autre nom que celui de Jésus-Christ dont je suis le soldat, et qui seul est mon chef. Jamais un seul trait de lettre n'a été écrit par moi à Luther, ni par Luther à moi. Et pourquoi?... Afin de montrer à tous combien l'Esprit de Dieu est en harmonie avec lui-même, puisque, sans nous être jamais consultés, nous enseignons la doctrine de Jésus-Christ avec tant d'uniformité.

En 1516, Zwingle fut appelé au poste de prédicateur du couvent d'Einsiedeln. Il devait y trouver l'occasion d'apprendre à mieux connaître les prévarications de Rome et allait, comme réformateur, exercer une influence qui s'étendrait bien au-delà des Alpes. Au nombre des attractions d'Einsiedeln se trouvait une image de la Vierge qui, disait-on, opérait des miracles. Au-dessus de la porte du couvent, on lisait cette inscription : « C'est ici qu'on trouve une pleine rémission de tous les péchés. » Des pèlerins y étaient attirés toute l'année, mais on accourait de toutes les parties de la Suisse, et même de France et d'Allemagne, à la grande fête annuelle célébrée en l'honneur de la Vierge. Profondément affligé par ce spectacle, Zwingle y vit l'occasion de proclamer à ces esclaves de la superstition la liberté que procure l'Évangile. « Ne pensez pas, leur disait-il du haut de la chaire, que Dieu soit dans ce temple plus qu'en aucun autre lieu de sa création. Quelle que soit la contrée de la terre que vous habitiez, Dieu vous entoure et vous entend,... aussi bien qu'à Notre-Dame d'Einsiedeln. Seraient-ce des oeuvres inutiles, de longs pèlerinages, des offrandes, des images, l'invocation de la Vierge et des saints qui vous obtiendraient la grâce de Dieu?... Qu'importe la multitude des paroles dont nous formons nos prières! Qu'importent un capuchon éclatant, une tête bien rasée, une robe longue et bien plissée, et des mules ornées d'or?... C'est au coeur que Dieu regarde; et notre coeur est éloigné de Dieu. » « Jésus-Christ, qui s'est offert une fois sur la croix, ajoutait-il, voilà l'hostie, la victime qui a expié les péchés de tous les fidèles pour toute l'éternité. »

Ces paroles furent mal accueillies par nombre de ses auditeurs, désagréablement surpris d'apprendre que leur fatigant voyage avait été inutile. Ils ne pouvaient comprendre un pardon qui leur était gratuitement offert par Jésus-Christ. Le chemin du ciel tracé par Rome leur suffisait. Ils n'étaient pas disposés à en chercher un meilleur. Il leur était plus facile de s'en remettre, pour leur salut, aux prêtres et au pape que de purifier leur coeur.

D'autres, en revanche, recevaient avec joie la bonne nouvelle de la rédemption acquise par le Sauveur. Les rites prescrits par Rome ne leur avaient pas apporté la paix et ils acceptaient avec foi la propitiation opérée par le sang de l'agneau. Rentrés dans leurs foyers, ils y apportaient les précieuses lumières qu'ils avaient reçues. La vérité se répandait ainsi de ville en ville et de village en village et le nombre des visiteurs de la madone diminuait très sensiblement. Cela aboutit à une baisse notable des offrandes et par conséquent des honoraires de Zwingle, qui en dépendaient. Mais loin de s'en chagriner, il s'en réjouissait car il voyait s'effondrer la puissance du fanatisme et de la superstition.

Les dignitaires de l'Église ne se désintéressaient pas des faits et gestes du réformateur. Croyant pouvoir le gagner à leur cause par la flatterie, ils s'abstenaient momentanément d'intervenir. Dans l'intervalle, la vérité gagnait bien des coeurs.

Les travaux de Zwingle à Einsiedeln le préparaient à une mission plus importante. Au bout de trois ans, il fut appelé au poste de prédicateur de la cathédrale de Zurich. Cette ville étant alors la plus importante de la confédération suisse, tout ce qui s'y faisait avait une grande répercussion. Les ecclésiastiques qui l'avaient appelé à ce poste eurent soin de lui faire comprendre qu'ils ne désiraient aucune innovation. « Vous mettrez tous vos soins, lui dit-on gravement, à faire rentrer les revenus du chapitre sans en négliger aucun. Vous exhorterez les fidèles, soit du haut de la chaire, soit au confessionnal, à payer les redevances et les dîmes et à montrer par leurs offrandes qu'ils aiment l'Église. Vous vous appliquerez à multiplier les revenus qui proviennent des malades, des messes et en général de tout le casuel. »

Le chapitre ajoutait : « Quant aux saints sacrements, à la prédication et à sa présence au milieu du troupeau, ce sont aussi les devoirs du prêtre. Cependant, vous pouvez vous faire remplacer à ces diverses fonctions par un vicaire, surtout pour la prédication. Vous ne devez administrer les sacrements qu'aux notables, et après en avoir été requis; il vous est interdit de le faire sans distinction de personnes. »

Zwingle écouta ces exhortations en silence. Puis, après avoir exprimé sa reconnaissance pour l'honneur d'avoir été appelé à ce poste important, il exposa la ligne de conduite qu'il se proposait de suivre. « La vie de Jésus, dit-il, a été trop longtemps cachée au peuple. Je prêcherai surtout l'Évangile selon saint Matthieu, chapitre après chapitre, suivant le sens du Saint-Esprit, en puisant uniquement aux sources de l'Écriture, en la sondant, en la comparant avec elle-même et en recherchant l'intelligence par de constantes et ardentes prières. C'est à la gloire et à la louange de Dieu, de son Fils unique; c'est au salut des âmes, et à leur enseignement dans la vraie foi, que je consacrerai mon ministère. » Quelques ecclésiastiques le désapprouvèrent. Mais Zwingle demeura ferme déclarant qu'il ne se proposait d'introduire aucune innovation : il ne faisait que retourner aux usages de l'Église dans ses plus beaux jours.

Déjà les vérités qu'il enseignait avaient éveillé l'intérêt et l'on se pressait en foule à ses prédications. Plusieurs personnes qui ne fréquentaient plus l'Église depuis longtemps étaient au nombre de ses auditeurs réguliers. Il commença son ministère en lisant et en commentant devant ses paroissiens la narration inspirée de la vie, des enseignements et de la mort de Jésus. Là, comme à Einsiedeln, il présenta la Parole de Dieu comme la seule autorité infaillible, et la mort du Sauveur comme le seul sacrifice suffisant. « C'est à Jésus-Christ, disait-il, que je veux vous conduire; à celui qui est la vraie source du salut. » Des gens de toutes classes, magistrats et étudiants, artisans et paysans, se réunissaient autour du réformateur et l'écoutaient avec le plus profond intérêt. Non seulement il proclamait le salut, mais il dénonçait hardiment les vices de son temps. En quittant la cathédrale, plusieurs louaient Dieu. « Celui-ci, disaient-ils, est un prédicateur de la vérité! Il sera notre Moïse, pour nous sortir des ténèbres d'Egypte. »

À l'enthousiasme des premiers moments succéda une période d'opposition. Les moines se mirent en devoir d'entraver l'oeuvre de Zwingle et de condamner ses enseignements. Les uns riaient et se moquaient; les autres se livraient aux outrages et aux menaces, mais Zwingle supportait tout avec patience et disait : « Si l'on veut gagner les méchants à Jésus-Christ, il faut fermer les yeux sur beaucoup de choses. »

Vers ce temps-là, un nouvel auxiliaire vint accélérer les progrès de la Réforme. Un certain Lucien, envoyé de Bâle par un ami de la foi réformée, arriva un jour à Zurich avec une provision d'écrits de Luther. Le Bâlois, pensant que la vente de ces ouvrages pourrait jouer un grand rôle dans la diffusion de la lumière, écrivit à Zwingle : « Voyez si ce Lucien possède assez de prudence et d'habileté; s'il en est ainsi, qu'il porte de ville en ville, de bourg en bourg, de village en village, et même de maison en maison, parmi les Suisses, les écrits de Luther, et en particulier son exposition de la prière du Seigneur écrite pour les laïques. Plus ces écrits seront connus, plus ils trouveront d'acheteurs. » Ainsi la lumière se répandait.

C'est lorsque Dieu s'apprête à rompre les liens de l'ignorance et de la superstition que Satan fait les plus grands efforts pour plonger les hommes dans les ténèbres et pour resserrer leurs chaînes. Au moment même où Dieu suscitait, en différentes parties du pays, des hommes qui annonçaient le pardon des péchés et la justification par le sang de Jésus, Rome redoublait d'énergie pour ouvrir, dans toutes les contrées de la chrétienté, son marché aux indulgences et pour offrir le pardon contre espèces sonnantes.

Chaque péché avait son prix, et l'on donnait aux acheteurs toute liberté de se livrer au crime, pourvu que le coffre-fort de Rome restât bien garni. Les deux mouvements suivaient une marche parallèle : Rome offrait le pardon à prix d'argent et les réformateurs, le pardon par Jésus-Christ; Rome autorisait le péché dont elle faisait une source de revenus et les réformateurs le condamnaient et révélaient Jésus-Christ comme propitiateur et libérateur.

En Allemagne, la vente des indulgences avait été confiée aux moines dominicains, et le fameux Tetzel la dirigeait. En Suisse, le trafic avait été remis entre les mains des franciscains, sous la direction de Samson, moine italien, qui avait déjà dirigé d'Allemagne et de Suisse des sommes importantes vers les caisses de l'Église. Il traversait en ce moment la Suisse, attirant de grandes foules, dépouillant les pauvres paysans de leurs maigres économies et extorquant des sommes considérables à la classe fortunée. Mais déja l'influence de la Réforme se faisait sentir, diminuant les recettes. Zwingle était encore à Einsiedeln lorsque Samson commença son activité dans une localité voisine. Informé de cette mission, le réformateur se mit aussitôt en devoir de contrecarrer l'action du franciscain. Les deux adversaires ne se rencontrèrent pas; mais l'effet des dénonciations de Zwingle contre le trafic du moine fut tel que ce dernier dut aller chercher fortune ailleurs.

à Zurich, Zwingle clouait au pilori les marchands de pardons; aussi quand Samson approcha de la ville, un messager du conseil alla au-devant de lui pour l'engager à passer outre. Ayant cependant réussi à y pénétrer par ruse, il en fut renvoyé sans avoir vendu une seule indulgence. Bientôt après il quittait la Suisse.

La peste connue sous le nom de « mort noire », qui ravagea la Suisse vers l'an 1519, donna à la Réforme une forte impulsion. En présence de la mort; plusieurs sentaient le néant des pardons qu'ils venaient d'acheter et désiraient placer leur foi sur un fondement plus solide. Zwingle, victime, à Zurich, du terrible fléau, fut si gravement malade qu'on abandonna tout espoir de guérison et que la nouvelle de sa mort se répandit. À cette heure critique, son espérance et son courage ne l'abandonnèrent pas. Contemplant avec foi le Calvaire, il s'assura que le sacrifice du Christ était pleinement suffisant pour le salut. Lorsqu'il fut rétabli, ce fut pour prêcher l'Évangile avec plus de ferveur et de puissance que jamais. Le peuple accueillit avec joie le retour du pasteur bien-aimé qui venait d'échapper à la mort. Après avoir passé des heures lugubres au chevet des malades et des mourants, on comprenait beaucoup mieux la valeur de l'Évangile.

Parvenu à une plus claire intelligence de la vérité, Zwingle en éprouvait davantage la puissance transformatrice. La chute de l'homme et le plan de la rédemption étaient ses sujets favoris. « En Adam, disait-il, nous sommes tous plongés dans la corruption et nous allons à la perdition.... Mais Jésus-Christ, vrai homme et vrai Dieu, nous a acquis une rédemption éternelle. C'est Dieu qui est mort pour nous : sa passion est donc éternelle; elle apporte à jamais le salut; elle apaise à jamais la justice divine en faveur de tous ceux qui s'appuient sur son sacrifice avec une foi inébranlable. » Il déclarait positivement que la grâce de Dieu ne nous donne pas la liberté de vivre dans le péché. « Partout où l'on croit en Dieu, Dieu est; et là où Dieu se trouve, il y a un zèle qui pousse aux bonnes oeuvres. »

La prédication de Zwingle éveillait un tel intérêt que, semaine après semaine, la cathédrale se remplissait d'auditeurs avides de l'entendre. Peu à peu, dans la mesure où ces derniers étaient en état de le comprendre, il leur exposait la vérité, ayant soin de ne pas leur présenter de prime abord des points qui eussent pu les effaroucher et soulever les préjugés. Son but était de gagner les coeurs par les enseignements, l'amour et l'exemple de Jésus-Christ. Il avait la certitude que, dans la mesure où les principes de l'Évangile seraient reçus, les croyances et les pratiques superstitieuses seraient renversées.

Pas à pas, la Réforme avançait à Zurich. Une année auparavant, le moine de Wittenberg avait opposé, à Augsbourg, un « non » énergique au pape et à l'empereur, et tout faisait présager que les prétentions papales trouveraient une même résistance à Zurich. Alarmés, les ennemis de la Réforme engagèrent le combat. Zwingle fut en butte à des attaques réitérées. Dans les cantons encore soumis à l'autorité de Rome, on voyait de temps à autre des disciples de l'Évangile monter sur le bûcher. Mais cela n'était pas suffisant : il fallait réduire l'hérésiarque au silence. En conséquence, l'évêque de Constance envoya à Zurich trois délégués pour accuser Zwingle d'encourager la transgression des lois de l'Église et de mettre ainsi en péril la paix et le bon ordre de la société. « Si l'on méconnaît l'autorité de l'Église, disait-il, il en résultera une anarchie universelle. » Zwingle répliqua que, depuis quatre ans, il enseignait l'Évangile à Zurich et que « cette ville était la plus tranquille et la plus paisible de toute la confédération ». « Le christianisme, concluait-il, n'est-il donc pas la meilleure sauvegarde de la sécurité publique? » (Writz, Helv. K. G., tome IV, p. 226, 227.)

Les délégués de l'évêque avaient exhorté les conseillers de la ville à ne pas abandonner l'Église, hors de laquelle, disaient-ils, il n'y a point de salut. Zwingle répondait : « Que cette assertion, estimés concitoyens, ne vous émeuve pas! Le fondement de l'Église, c'est ce Rocher, ce Christ qui a donné à Pierre son nom parce qu'il le confessait avec fidélité. En toute nation, quiconque croit de coeur au Seigneur Jésus est sauvé. C'est hors de cette Église-là que personne ne peut avoir la vie. » (Id., p. 223.) À la suite de cette entrevue, l'un des délégués de l'évêque accepta la foi évangélique.

Le conseil refusant de sévir contre Zwingle, Rome prépara une nouvelle attaque. En apprenant le complot de ses ennemis, Zwingle s'écria : « Qu'ils viennent! Je ne les redoute pas plus que le rocher ne redoute les vagues qui mugissent à ses pieds. » (Zwingli, vol. VII, p.202.) Les efforts du clergé ne faisaient qu'accélérer les progrès de la cause qu'il désirait détruire, et la vérité continuait à progresser. Les réformés d'Allemagne, abattus par la disparition de Luther, reprenaient courage en apprenant les progrès de l'Évangile en Suisse.

À mesure que la Réforme s'établissait à Zurich, le vice y faisait place à la paix et à la concorde. « La paix a élu domicile dans notre ville, écrivait Zwingle; pas de querelles, pas d'envie, pas d'hypocrisie, pas de contestations. D'où peut venir une telle union, si ce n'est du Seigneur, et une telle doctrine, qui nous remplit des fruits de la paix et de la piété? » (Id., p. 389.)

Les victoires de la Réforme rendirent les partisans de Rome plus déterminés encore à enrayer le mouvement. À la vue des maigres résultats que la persécution et la proscription des livres de Luther avaient eus en Allemagne, ils résolurent de combattre la Réforme par ses propres armes. Une dispute avec Zwingle fut proposée. Pour être certains de la victoire, ils se réservèrent le choix du lieu et des arbitres. S'assurant que l'unique moyen d'avoir raison de la nouvelle foi serait de réduire ses chefs au silence, ils étaient bien décidés à ne pas laisser échapper Zwingle, si jamais il leur tombait entre les mains. Ce complot s'ourdissait dans le plus grand secret.

La dispute devait avoir lieu à Bade, mais Zwingle ne s'y rendit pas. Le conseil de Zurich soupçonna les desseins des ennemis du réformateur. Voyant les bûchers qui s'élevaient dans les cantons catholiques à l'intention des confesseurs de l'Évangile, il défendit à son pasteur de s'exposer à ce danger. Quant à Zwingle, il était prêt à rencontrer à Zurich tous les délégués que Rome pourrait y envoyer; mais aller à Bade, où le sang des martyrs venait de couler, c'était courir à une mort certaine. OEcolampade et Haller furent choisis pour représenter le réformateur, tandis que Eck, le porte-parole de Rome, était secondé par une armée de savants docteurs et de prélats.

Bien que Zwingle ne fût pas présent à la conférence, il y fit néanmoins sentir son influence. Les secrétaires étaient tous choisis parmi les ennemis de la Réforme et il était défendu à d'autres de prendre des notes sous peine de mort. Malgré cela, Zwingle recevait chaque jour un rapport fidèle de ce qui se faisait à Bade. Un étudiant, qui assistait à la dispute, faisait chaque soir un relevé des arguments présentés au cours de la journée. Deux autres étudiants étaient chargés de remettre chaque jour ces résumés à Zwingle avec les lettres quotidiennes d'OEcolampade. Le réformateur y répondait en ajoutant ses conseils et ses suggestions. Ses lettres, écrites la nuit, étaient portées à Bade le lendemain matin par les étudiants. Ceux-ci, pour tromper la vigilance des gardes placés aux portes de la ville, y entraient portant des paniers de volaille sur la tête.

C'est ainsi que Zwingle soutenait la bataille contre ses rusés antagonistes. « Il a plus travaillé, dit Myconius, par ses méditations, ses veilles, ses conseils et ses recommandations, qu'il ne l'eût fait en assistant lui-même à la dispute. » (Myconius, Vita Zwingli, p.10.)

Les partisans du pape, assurés de leur triomphe, étaient arrivés à Bade en vêtements de soie et parés de bijoux. Traités royalement, ils s'asseyaient à une table chargée des mets les plus recherchés et des vins les plus fins. Ils se délassaient du poids de leurs devoirs ecclésiastiques par des réjouissances et des festins. Les réformateurs offraient avec eux un contraste frappant. Leur mise simple les eût fait prendre pour des mendiants, et leur frugalité pour des ascètes. L'hôte d'OEcolampade, qui l'épiait dans sa chambre, le surprenait toujours soit à l'étude, soit en prière, et rapporta avec étonnement que cet hérétique était en tout cas « très dévôt ».

À l'ouverture de la conférence, le docteur « Eck monta fièrement dans une chaire magnifiquement décorée, tandis que l'humble OEcolampade, chétivement vêtu, prenait place en face de son superbe adversaire sur un tréteau grossièrement travaillé ». Eck parlait d'une voix retentissante et avec une imperturbable assurance; son zèle était stimulé par l'or aussi bien que par les honneurs : le défenseur de la foi devait, en effet, recevoir une importante rémunération. Quand les arguments lui manquaient, il avait recours aux injures et aux imprécations.

OEcolampade, naturellement timide et modeste, avait longtemps hésité à prendre part à la dispute; il ne s'y était décidé qu'en faisant à l'avance cette protestation solennelle : « Je ne reconnais pour règle de foi que la Parole de Dieu. » Doux et courtois, il se montra à la fois érudit et inébranlable. Tandis que les champions de l'Église faisaient constamment appel à l'autorité et aux usages de l'Église, le réformateur en appelait invariablement aux saintes Écritures. « La coutume, disait-il, n'a de valeur dans notre Suisse que par la constitution : or, en matière de foi, la constitution, c'est la Bible. »

Le contraste entre les deux antagonistes ne fut pas sans produire son effet. Le calme, la sérénité et la modestie du réformateur, aussi bien que la clarté de ses exposés, le recommandaient à ses auditeurs, qui se détournaient avec dégoût des affirmations bruyantes et orgueilleuses du docteur Eck.

La dispute dura dix-huit jours. Les papistes s'en attribuèrent bruyamment la victoire. Comme la plupart des délégués étaient partisans de Rome, la diète décida que les réformateurs avaient été battus et qu'ils étaient avec Zwingle, leur chef, retranchés de la communion de l'Église. Mais les résultats de cette conférence montrèrent où était la vérité. La cause protestante en reçut une puissante impulsion et, peu après, les villes importantes de Bâle et de Berne se déclarèrent pour la Réforme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires